Get Adobe Flash player

C'est dans le cadre champêtre des Cartières de Chaponost que les familiers des Missions Africaines se sont retrouvés ce jeudi soir pour cinq demi-journées d'Université d'été.

Ce seront des conférences qui vont succéder à des ateliers. Voici le programme : Vendredi matin, conférence du Père Michel Dujarier, la fraternité dans l'Église, des Pères de l'Église à nos jours. Vendredi après-midi : Conférence du Père Éric Aka, sma en mission au Libéria.

Samedi matin, conférence de M. Antoine Delannoy, ancien directeur d'une clinique pour réfugiés libériens au Ghana.
Samedi après-midi, conférence d'un membre de la Cimade : les défis de l'immigration en France.

Les ateliers carrefours ont pour thèmes :

1) - Quelle peut-être encore aujourd'hui la contribution du laïc à la Mission en Afrique ou pour l'Afrique ?

2) - Quelle rencontre du monde africain est-ce que je fais ici, en Europe ?

3) - Comment rendre témoignage de sa foi dans notre société ?

4) - Quelles sont les motivations de mon engagement chrétien là où je suis ? Est-ce que la famille SMA m'aide en cela ? 

Vous pouvez voir l'album photo de l'université 2015 des Cartières


Le vendredi 28 août

Ce vendredi a été une journée ensoleillée mais bien pleine pour les universitaires des Cartières.

Dès neuf heures, par un exposé brillant clair et fort bien documenté, le Père Michel Dujarier nous a fait remonter le temps pour retrouver les origines du mot “fraternité” (adelphotes) qui est apparu au temps de la première communauté chrétienne.
Ce mot est tiré du mot frère désignant deux personnes issues du même sang. Par sa vie donnée, Jésus nous fait devenir héritiers de son Père car en lui nous sommes frères. Cette fraternité prend sa source dans le Projet du Père plein d’amour envers nous.
Cette fraternité se réalise progressivement dans l’histoire de l’homme avec la première alliance, une alliance d’Amour proposée. Par l’incarnation du Fils de Dieu, devenu frère de tous les hommes une nouvelle étape est franchie. La divinisation nous est proposée dans le Christ par l’Esprit et nous fait frères et sœurs du Christ.
Aujourd’hui, ce projet est révélé aux hommes par l’action de l’Église-Fraternité et trouvera son accomplissement final au sein de la Trinité : vie des ressuscités en Christ corps et âmes transformés, vie de communion dans l’Esprit d’Amour.

Les participants se sont ensuite réunis en ateliers pour échanger sur leurs engagements, leur vision de la mission aujourd’hui ici et ailleurs. L’eucharistie “source et sommet de toute vie chrétienne” a couronnée cette matinée studieuse. Un repas partagé dans la fraternité a rechargé les batteries avant d’attaquer l’après-midi par un atelier suivi d’une conférence.

Le Père Éric Aka nous a présenté la Mission en Afrique aujourd’hui. Il a fait un rapide survol historique de l’évangélisation de l’Afrique et a analysé les défis auxquels est confronté ce continent et la place aujourd’hui de l’Église pour redonner espoir et conduire l’Afrique vers un monde plus juste et plus fraternel. Dans les échanges, en fin de conférence, il nous a parlé de sa vie au Libéria qui a été confronté au fléau d’Ébola et aux conséquences dramatiques de cette épidémie et comment la SMA a vécu la solidarité avec la population bien démunie. Son analyse rejoignait la conférence du Père Michel Dujarier sur l’Église fraternité.


Le samedi 29 août

La journée de samedi a été tout aussi lumineuse et active que la veille.

Antoine Delannoy, ancien directeur d’une clinique pour réfugiés libérien au Ghana nous a partagé son expérience de laïc missionnaire. C’est l’écoute de Dieu dans le silence d’une brise légère qui lui a permis de rejoindre ceux qui vivent à la périphérie de l’Église. Avec le soutien de la SMA et de la FLM il a pu mener à bien sa mission auprès de cette population déplacée et souffrante. il avait aussi pour mission de permettre la transition d’une clinique pour réfugiés vers un hôpital au service de la population en autonomie financière. De retour du Ghana, il s’est engagé dans le Secours Catholique et travaille maintenant dans une unité de la communauté Emmaüs de l’Abbé Pierre.

Les ateliers se sont alternés avec les conférences permettant à chacun des participants d’échanger sur les divers thèmes abordés.

L’après-midi, le conférencier prévu ayant fait défaut, l’organisation a mis en place une table ronde avec le témoignage de six participants sur leur approche du monde migrant. L’écoute et l’accueil du requérant sont primordiaux pour une rencontre en vérité. Chacun a dit comment sa foi et l’appel de Dieu l’ont conduit à se mettre au service de ces migrants.

Après les ateliers de partage et d’échange, les participants à cette université d’été ont été invités à s’investir dans des ateliers créatifs : cuisine, chorale, percussion, peinture pour exprimer d’une autre façons tous les échanges de ces journées d’études.peinture