Get Adobe Flash player

« Il y eut des noces à Cana de Galilée » Jean 2, 1
« Tout ce qu’il vous dira, faites-le ! » Jean 2, 5

La communauté est présente à la vie des autres à la manière de Marie à Cana !

Ecriture :

Isaie                                         62, 1-5                  « C’est la joie de l’époux au sujet de l’épouse. »

Le prophète multiplie les images pour exprimer la force de l’Amour de Dieu. Le Seigneur prend l’initiative de rebâtir, de renouveler, d’illuminer. Jérusalem reçoit un nom nouveau pour fêter un amour tout neuf.
Dieu ne cesse d’agir pour montrer qu’il prend à cœur ce que vit chaque personne.

Jean                                            2, 1 à 11               Les noces de Cana
Apocalypse                                19, 7 – 9               Heureux les invités aux noces de l’Agneau !
Prière du Temps Présent            p 1291                  « Une femme dont on n’a rien dit ! »

En communauté avec Marie… dans la contemplation du mystère du Christ et de l’universalité de son salut !

↗ « La mère de Jésus était là… »

Cana : village dont la Bible n’a jamais parlé !
La Galilée : région méprisée, à cause du mélange des juifs et des païens. C’est là que le Seigneur inaugure sa mission de Messie. Optimisme du Seigneur !

Une noce pas comme les autres : on ne parle pas de la mariée. Une seule allusion au marié qui est interpelé par le maître du repas au sujet du vin.
Les personnages dont on parle : Jésus, sa mère, ses disciples, les serviteurs et le maître du repas. Jésus est placé au centre du récit. Il accomplit un signe alors que son Heure, celle du passage de ce monde à son Père, n’est pas encore venue.
Marie, « la première en chemin », est là. Elle connaît bien la famille. Elle est attentive au désarroi et à la gêne de ceux qui l’ont invitée. Elle remarque un manque et tente d’y remédier. Elle n’hésite pas à s’adresser à Jésus pour lui exposer une situation embarrassante.

- ->         Personnellement :
Est-ce que je remarque les « besoins et manques » des autres avec délicatesse ?
Suis-je attentif à leur difficultés ? Ai-je le goût de transformer activement les inquiétudes des autres en encouragement ?

- ->        La communauté :
Vivons-nous ensemble dans une réelle attention à chacun ? Remarquons-nous les services que nous pouvons encore rendre autour de nous dans la discrétion ?

↗ « Ils n’ont plus de vin… Quoi qu’il vous dise, faite-le ! »

Le manque et la détresse ne sont-ils pas ruse de l’Amour de Dieu ?

Dans nos vies, quand le « manque » est ressenti, le Christ est là. Mes fragilités et mes manques sont lieu d’intervention du Christ, lieu d’une guérison spirituelle possible et de libération.

A la prière de Marie, Jésus intervient… mais il ne donne pas aussitôt ce dont on a besoin. Il éprouve notre foi et notre confiance, comme ici à Cana.

Le chemin de la Foi commence par un constat, une prière.
Marie nous montre l’importance de ce chemin. Elle a une foi audacieuse et contagieuse en son Fils. Elle montre à son Fils ce que son regarde maternel découvre.

Par sa propre confiance, elle fait germer la Foi dans le Groupe des disciples.
Sa Foi a joué un rôle initiateur vis-à-vis de la Foi de ces hommes qui, pour la première fois, sont appelés disciples.

La foi de Marie est confiante : « Ils n’ont plus de vin ! »

Les événements, les rencontres avec les autres, sont à lire avec un regard de foi, de confiance. Ils sont signes d’un appel ! Est-ce ma manière de prier et d’agir ?

L’intercession communautaire nous aide à présenter ce qui est important et nous suggère de nouvelles manières d’être à l’écoute des événements et des personnes.

↗  « Il descendit  à Capharnaüm, lui ainsi que sa mère… »

Au début et à la fin du récit, Marie est là ! C’est la présence de Marie dans la vie quotidienne.

Marie a saisi qu’elle avait à passer de sa maternité selon la chaire à une communion avec son fils qui ne relevait que de la foi.
La foi de Marie a joué un rôle initiateur vis-à-vis de la foi de ses disciples qui, témoins du signe de Cana, crurent en Lui.

- ->        Quelle est la place de Marie dans mon quotidien et mon attention à sa discrète et maternelle présence ?

-->          Vivre dans la sérénité et la disponibilité un « OUI » comme le sien, un oui aux événements, à l’imprévu.

Un oui à ma croissance spirituelle et à mon propre devenir et cela malgré mes inquiétudes, mes doutes, mon handicap ou ma maladie.

Le signe de Cana reste à jamais proposé à tous les hommes pour qu’ils perçoivent la proximité de Dieu. Les disciples découvrent en Jésus le signe manifeste de l’amour de Dieu pour tous.

Par ce premier signe donné à Cana en présence de Marie, des disciples et des invités, Jésus est présent à la célébration de l’Amour.

Aucun de celles et ceux qui sont venus à cette noce n’est ressorti comme il est venu !

Le miracle de Cana se perpétue chaque fois qu’un disciple du Christ est « signe de la présence aimante de Dieu ! »

L’Eglise est continuellement appelée à être servante désintéressée de l’humanité, soucieuse des besoins des hommes et des inquiétudes des convives.

A Cana l’origine mystérieuse de l’eau devenue vin renvoie à l’origine mystérieuse de Jésus et de ses dons.